𝐋𝐀 𝐂𝐎𝐍𝐅𝐄𝐑𝐄𝐍𝐂𝐄 𝐈𝐍𝐓𝐄𝐑𝐀𝐅𝐑𝐈𝐂𝐀𝐈𝐍𝐄 𝐃𝐄𝐒 𝐌𝐀𝐑𝐂𝐇𝐄𝐒 𝐃’𝐀𝐒𝐒𝐔𝐑𝐀𝐍𝐂𝐄𝐒 (𝐂𝐈𝐌𝐀) 𝐅𝐀𝐈𝐓 𝐔𝐍 𝐅𝐎𝐂𝐔𝐒 𝐒𝐔𝐑 𝐒𝐄𝐒 𝐀𝐂𝐓𝐈𝐕𝐈𝐓𝐄𝐒

hervé NDOBA-MFB
 
Faisant suite à l’approbation du compte rendu de leur précédente réunion tenue le 22 février 2022, les ministres en charge du secteur des assurances des Etats membres de la Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances (CIMA), se sont réunis en visioconférence le 29 juillet 2022, dans la salle de conférences de la Banque centrale, sous la haute présidence du ministre des finances et du budget centrafricain, #HervéNdoba, président du conseil des ministres.
Après avoir pris connaissance du compte rendu de la réunion du comité des experts tenue du 16 au 21 mai 2022, à Dakar, au Sénégal, les ministres ont approuvé les rapports du secrétaire général de la CIMA relatifs aux activités du secrétariat général de ladite institution et celle de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances (CRCA), au titre de l’exercice 2021, suivi d’une prise de connaissance du compte rendu d’exécution des budgets de la CMA et de l’Institut International des Assurances (IIA), pour le compte d’exercice de l’année en cours.
Ces articulations précèdent l’audition du rapport du comité des experts qui ont fait l’objet d’une approbation des comptes administratifs et notamment de donner quitus au secrétaire général de la CIMA et au directeur général de l’IIA pour leur gestion. Ces argentiers nationaux ont également procédé à l’approbation des modifications de certains textes à caractère financier de la conférence relative à la réforme des biens de la conférence, le règlement financier et comptable, la nomenclature budgétaire ainsi que la procédure d’achat des biens et services.
Les garants du portefeuille des Etats membres de la CIMA, ont effectué une série d’approbations et ont rejeté le recours à titre gracieux introduit par la société Jackson Assurances du Burkina, en annulant la décision de la CRCA. Ils ont également pris acte de l’état d’avancement du projet CIMA/AFD, de renforcement de la régulation des marchés d’assurances et ont marqué leur accord pour la réalisation périodique sur fonds propres, après le financement de la première enquête par l’AFD, de l’actualisation de l’indice de confiance.
Il n’est pas superfétatoire de dire qu’à l’issue de ces travaux, les ministres ont exprimé leur gratitude aux autorités sénégalaises et centrafricaines pour toutes les facilités mises à la disposition de leurs délégations respectives à l’occasion des réunions du comité des experts et du Conseil des ministres.